Additional information
Prier avec les réfugiés au Cambodge
01 mars 2012

A l'aide du JRS, de nombreux Rohingya ont démarré leur propre petit commerce, en vendant du 'pain rôti' sur des chariots mobiles. Tandis que les Rohingya attendent le résultat de leurs demandes d'asile, l'équipe du JRS s'efforce de les aider à affronter les duretés de la vie quotidienne (Service Jésuite des Réfugiés).
Phnom Penh, 1er mars 2012 – Avant que Mohammed ne s'enfuie de la Birmanie, il a souvent été arrête par les autorités sur le chemin de l'école envoyé travailler dans des camps militaires. Là, il devait cuisiner, nettoyer, porter de lourds matériaux de construction, et il était puni quand ses ravisseurs n'étaient pas contents de son travail. 

Persécuté par les autorités parce que musulman, Mohammed a eu l'occasion, une nuit, de fuir en Thaïlande avec son oncle. Vers minuit, 29 personnes, - toutes de l'ethnie des Rophingya - sont parties en bateau pour un voyage qui a eu une durée de 18 jours. Au bout de trois jours, ils n'avaient plus d'eau potable et ont été obligés de boire de l'eau de mer, ce qui les a rendu tous malades.

Peu de temps après leur arrivée en Thaïlande, ils ont été arrêtés et envoyés à la ville frontière de Mae Sot où Mohammed a vécu 6 mois en détention d'immigration. Craignant de d'être renvoyé en Birmanie, d'être battu et laissé pour mort comme l'avait été son père, Mohammed a fui de nouveau. Avec le peu d'argent qu'il avait encore, il a traversé la mer jusqu'au Cambodge et a fait demande d'asile.

Mohammed représente typiquement les nombreux musulmans Rohingya obligés de fuir leurs domiciles de la Birmanie occidentale. Travail forcé, confiscation des terres et restrictions à leur libertés de mouvement et à leur expression religieuse et à des aspects ordinaires de leurs vies. Exclus  Ne pouvant pas accéder aux services de santé et d'éducation, empêchés de prendre un emploi, ils sont obligés de vivre dans la plus grande pauvreté.

A la fin de 2009,les Rohingya ont commencé à arriver au Cambodge; cela a plus ou moins coïncidé avec la mise en place de nouvelles procédures concernant les réfugiés, transférant la responsabilité de la détermination du statut de réfugié de l'organisation des Nations-Unies pour les réfugiés (UNHCR) au gouvernement cambodgien.

Le gouvernement cambodgien n'a encore résolu aucune demande d'asile déposée par les demandeurs Rohingya. Malheureusement, la nouvelle procédure ne donne aucun droit formel aux demandeurs d'asile, les laissant dans un vide juridique et à la merci des autorités officielles qui ferment les yeux sur leurs emplois dans le marché du travail informel.

A l'aide du Service Jésuite des Réfugiés (JRS), de nombreux Rohingya ont démarré leur propre petite entreprise en vendant des petits pains sur des charrettes mobiles, mais c'est une lutte quotidienne, car les maigres bénéfices suffisent à peine pour un abri rudimentaire et la nourriture. L'équipe du JRS essaie de les aider à affronter les difficultés de tous les jours.

Peut-être que la partie la plus dure est de savoir que même si leurs demandes sont acceptées, leurs vies quotidiennes ne changeront substantiellement pas.

Essayer de gérer les expectatives est un défi, de même que de les encourager à se faire des amis et apprendre la langue des Khmers et leur culture. Il y a peu d'espoir qu'ils soient réinstallés dans un pays tiers, plus riche. Ils doivent affronter la difficile perspective de s'intégrer dans la société cambodgienne, qui lutte – et souvent sans succès – pour couvrir les besoins de ses propres citoyens.

Denise Coghlan RSM, Directrice du JRS Cambodge


Ta réflexion
L'histoire de Mohammed montre pourquoi la mission du JRS aujourd'hui va au-delà de couvrir les besoins individuels. La mission du JRS comprend différentes formes d'accompagnement, de services et d'advocacy. L'équipe JRS soutient les appels pour les Rohingya au Cambodge. En tant qu'organisation internationale avec visibilité politique, le JRS exerce une pression morale sur les gouvernements, attire l'attention sur des droits humains en danger, et a une voix à la table de l'élaboration des politiques régionales et mondiales.

L'enseignement social catholique moderne a, maintes fois, utilisé l'image de  ‘la famille humaine' ou ‘la famille humaine tout entière' pour élargir nos attachements au-delà des personnes ‘qui sont comme nous' ou ‘qui nous sont proches'. La famille humaine comprend ceux qui sont loin ou différents: musulmans ou chrétiens, africains ou européens, asiatiques ou américains, pauvres ou privilégiés, en sécurité à la maison ou en fuite.

Le droit qu'ont toutes les familles de vivre en sécurité mérite le respect international. La voix locale et mondiale du JRS promeut la dignité humaine et les droits  des demandeurs d'asile comme Mohammed, sa famille, et les minorités persécutées comme les Rohingya.

Lisa Cahill, faculté de théologie, Boston College, Etats-Unis

Pour lectures supplémentaires, voir ici:



Suggested Reading for Prayer
Matthieu 2:13-20

Après leur départ, voici que l'Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit: «Lève-toi, prends avec toi l'enfant et sa mère, et fuis en Egypte; et restes-y jusqu'à ce que je te dise. Car Hérode va rechercher l'enfant pour le faire périr.»

Il se leva, prit avec lui l'enfant et sa mère, de nuit, et se retira en Egypte; 

et il resta là jusqu'à la mort d'Hérode; pour que s'accomplît cet oracle prophétique du Seigneur: D'Egypte j'ai appelé mon fils.

Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, fut pris d'une violente fureur et envoya mettre à mort, dans Bethléem et tout son territoire, tous les enfants de moins de deux ans, d'après le temps qu'il s'était fait préciser par les mages. 

Alors s'accomplit l'oracle du prophète Jérémie: 

«Une voix dans Rama s'est fait entendre, pleur et longue plainte: c'est Rachel pleurant ses enfants; et ne veut pas qu'on la console, car ils ne sont plus.»

Quant Hérode eut cessé de vivre, voici que l'Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph, en Egypte, et lui dit: 
«Lève-toi, prends avec toi l'enfant et sa mère, et mets-toi en route pour la terre d'Israël; car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l'enfant.»