Additional information
Prier avec les réfugiés: l'esprit d'accompagnement
01 décembre 2011

Michael Gallagher SJ et ses jeunes 'accompagnateurs' visitent le camp pour réfugiés de Kiziba au Rwanda Oriental (Service Jésuite des Réfugiés)
Genève, 1er décembre 2011 – Les membres du personnel du Bureau International du Service Jésuite des Réfugiés, surtout ceux d'entre nous qui vont sur le terrain régulièrement, n'ont pas les relations «normales» avec des personnes déplacées de force qu'ont d'autres membres de l'équipe JRS.

Tandis que la plupart des membres du JRS se trouvent en un endroit unique, servant une population spécifique – bien que parfois une très large population –, nous autres du Bureau International ne sommes là que pour de brèves périodes. D'habitude, nous nous concentrons sur des questions intérieures du JRS, comme la formation de bénévoles locaux ou l'encouragement des rapports entre le JRS et l'Eglise locale et les organisations intergouvernementales. Pour moi, une question se posait: Comment puis-je accompagner les personnes déplacées de force?

Michael Gallagher SJ

Ta réflexion
Deux images me viennent à l'esprit. L'une, c'était quelque part dans le Tchad Oriental. L'équipe du JRS monte dans un camion et se rend à un certain lieu où nous avons rencontré d'autres organisations non gouvernementales, chacune dans son véhicule. Deux véhicules, portant des membres armés du Département Intégré de Sécurité nous ont rejoints et ont pris position, l'un à la tête du groupe et l'autre comme dernier véhicule, et nous avons voyagé jusqu'au camp de réfugiés. Nous étions «escortés».

La deuxième image vient du camp pour réfugiés de Kiziba au Rwanda Oriental. Je marchais à travers le camp pour voir les œuvres du JRS avec un directeur de projet. Un très jeune garçon, de trois ou quatre ans, est arrivé, a saisi un doigt de ma main gauche et a commencé à marcher avec moi. Bientôt, une petite fille plus ou moins du même âge est arrivée et a pris un de mes doigts de la main droite. Nous avons marché ensemble à travers le camp tout entier, examinant les écoles JRS et d'autres œuvres. J'étais accompagné.

La mission du JRS est d'accompagner, servir et défendre les droits des personnes déplacées de force. L'accompagnement – j'ai appris – est réciproque de par sa nature même. Il ne peut pas être fait seul et ne peut pas être fait de manière unilatérale.

Les deux enfants qui ont marché avec moi étaient sans aucun doute nés dans le camp de Kiziba. Ils n'étaient jamais allés dans la République Démocratique du Congo, d'où avaient fui leurs parents. Kiziba était leur chez-moi. Ils ne se sentaient pas déplacés. Les deux petits m'ont accompagné dans le camp, et moi je les ai accompagnés. Nous trois n'étions pas engagés à «faire pour», mais à «être avec». Nous nous sommes confiés les uns aux autres, avec notre temps et notre présence.

Dans leur innocence silencieuse, par le simple geste de tenir la main d'une personne jamais rencontrée auparavant, ces deux jeunes natifs du camp sont devenus l'incarnation des mots de Jésus dans Mt 25:35 «J'étais un étranger et vous m'avez accueilli».


Suggested Reading for Prayer
Matthieu 25: 31-40

«Quand le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, escorté de tous les anges, alors il prendra place sur son trône de gloire. Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les gens les uns des autres, tout comme le berger sépare les brebis des boucs. Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.

Alors le Roi dira à ceux de droite: «Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli, nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir.

Alors les justes lui répondront: «Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer, étranger et de t'accueillir, nu et de te vêtir, malade ou prisonnier et de venir te voir»?

Et le Roi leur fera cette réponse: «En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait».